Courtier gratuit et courtier sans frais : tels sont les résultats de recherche courants lorsque vous tapez courtier immobilier sur votre navigateur. Cependant, ces termes sont souvent trompeurs et ne reflètent pas tout à fait la réalité. Apprenez-en davantage à ce sujet ci-dessous.

Qu’est ce qu’un courtier immobilier ?

Véritable expert du crédit immobilier, le courtier fait office d’intermédiaire entre vous, en tant qu’acheteur, et la banque. Sa profonde connaissance des produits financiers associée à son réseau de partenaires bancaires font de lui le parfait conseiller pour les opérations bancaires.

Une fois engagé, sa mission est de vous conseiller et de négocier les meilleurs taux pour vous. Il se charge en outre de chercher les conditions de financement les plus intéressantes pour votre projet.

Concernant la rémunération, il faut savoir que le courtier n’offre pas ses services gratuitement. En revanche, il n’est rétribué qu’en vertu d’un contrat conclu entre l’emprunteur et l’établissement de crédit. Autrement dit, le courtier ne peut exiger aucun paiement tant que vous, son client, n’avez pas obtenu vos fonds.

Les courtiers perçoivent généralement deux formes de rémunération : d’une part, le mandat, une somme versée par la banque, et d’autre part, les frais de courtage, à la charge du client. Dans ce dernier cas, les honoraires varient le plus souvent entre 1% et 2% du montant emprunté.

Un courtier sans frais est-il gratuit ?

En recherchant des cabinets de courtage, il est très probable que vous tombiez sur certains termes ambigus, tels que “courtier gratuit”. Cela dit, un courtier ne travaille jamais sans contrepartie. En réalité, ceux qui ne réclament pas de frais à leurs clients reçoivent plutôt des commissions de la banque.

Les banques et les courtiers collaborent selon le principe du donnant-donnant : chaque fois que le courtier apporte un client à la banque pour la souscription d’un prêt, celle-ci lui accorde une commission.

A noter toutefois que cette commission est payée par l’emprunteur et non par l’établissement de crédit. Il s’agit en effet d’un montant fixe qui entrera dans le coût total du prêt. Par conséquent, qu’un courtier travaille par mandat ou par frais de courtage, ses prestations sont toujours payantes.

Si vous optez pour un cabinet de courtage sans frais, vous bénéficiez d’une certaine garantie : aucun frais supplémentaire ne vous sera réclamé par le courtier. Avant de commencer son intervention, un courtier sans frais est tenu de vous faire signer un mandat où il précise ses conditions de rémunération. Celles-ci comprennent les frais de courtage ainsi que les commissions bancaires. Ainsi, vous êtes pleinement informé du montant final à payer, sans aucune équivoque.

Quelles différences entre courtier payant et courtier sans frais ?

Les courtiers sans frais et les courtiers payants touchent tous deux une commission de la banque. La différence réside dans le fait que le courtier payant, en plus de cette commission, va également facturer son client. Comme indiqué plus haut, les courtiers payants facturent entre 1 et 2 % du montant total du prêt du client. Par exemple, si vous obtenez un prêt de 200 000 €, votre courtier recevra entre 2 000 et 4 000 €.

Le surcoût facturé au client peut amener à penser que les courtiers payants offrent de meilleures performances que ceux sans frais. Or, ce n’est pas le cas, car leur rémunération est sans rapport avec la qualité de leur service.

Cette différence dans le mode de facturation est simplement due au fait que les courtiers payants ont tendance à avoir des coûts d’installation et de fonctionnement plus élevés : obligation de disposer d’un local commercial, utilisation d’une licence, etc. A l’inverse, les courtiers gratuits ont des coûts de fonctionnement faibles, d’autant plus qu’ils ne sont pas contraints d’avoir un local.

Laisser un commentaire